Lutte contre la violence envers les femmes



Le projet de lutte contre la violence envers les femmes s'est déroulé durant l'année 2012-2013 avec plusieurs acteurs de la société tunisienne. Le projet visait à sensibiliser à la violence commise à l'égard des femmes.

  • Mission de terrain à Bab Souika et enquête
  • Renforcement des capacités des membres d'Aswat Nissa
  • Formation et sensibilisation des journalistes
  • Formation et sensibilisation des leaders religieux
  • Diffusion des résultats de l'enquête
  • Campagne de sensibilisation à Bab Souika
  • Instauration d'une cellule d'écoute psychologique et d'une cellule d'orientation juridique
  • Formation et sensibilisation des bénévoles du Croissant-rouge Tunis Médina
  • Formation et sensibilisation des lycéens
  • Formation et sensibilisation aux prédicatrices religieuses

La campagne

Rencontre avec les leaders religieux

Un accord a été conclu entre Aswat Nissa et le ministère des Affaires religieuses afin de collaborer à la lutte contre les violences faites envers les femmes. Il s'agit de la première fois que le ministère collabore auprès d'une organisation de la société civile pour combattre ce problème. Symboliquement, l'accord a été signé le 25 novembre 2012 pour la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes.
Parmi les experts présents pour animer le débat, on comptait notamment Docteur Hamaida Neifar, Professeur à l'Université Ezzaitouna, membre du conseil scientifique de Beït El Hikma (Académie tunisienne des sciences, des lettres et des arts) et ancien Imama à Bab Souika ; docteur Zouhair Ben Youssef, vice-président de la Ligue tunisienne pour la défense des droits de l'Homme et professeur à l'Université spécialiste de l'Islamologie et Sondes Garbouj, psychologue et ancienne présidente d'Amnistie internationale Tunisie.L'impact de la violence sur la famille, l'Islam et la violence à l'égard des femmes, le rôle des leaders religieux dans la lutte contre les violences faites aux femmes et les conventions internationales traitant des questions de la violence étaient parmi les sujets discutés.

Rencontre avec les prédicatrices religieuses

L'objectif de la formation était de faire ressortir la complémentarité existant entre les différentes approches et de souligner les similarités pour mieux combattre le fléau de la violence faite aux femmes.

Formation avec les journalistes

Afin d'encourager l'émergence d'un journalisme avisé et sensible à la violence faite aux femmes, l'organisation Aswat Nissa a organisé le 15 novembre un séminaire destiné aux journalistes. La formation a été assurée par Sanim Ben Abdallah, sociologue, expert en communication et maître assistant à l'Institut de Presse et des Sciences de l'Information, et Sondes Grabouj, psychologue et ancienne présidente d'Amnistie internationale Tunisie.​

Cellule d'orientation psychologique et juridique

Une cellule d'orientation psychologique a été mise en place aux locaux d'Aswat Nissa. Ce sont trente femmes qui ont bénéficié de l'écoute psychologique et vingt-cinq femmes qui ont bénéficié de l'orientation juridique.

Journée internationale des droits des femmes 2013

Aswat Nissa et l'association Amal pour la famille et l'enfant, avec l'hospitalité de l'espace culturel «El makhzen», ont célébré la Journée internationale des droits des femmes 2013 avec une présence dans la communauté de Bab Souika.
Durant cette journée, une écoute psychologique était disponible et une orientation juridique par deux avocats a été mise en place. Il y avait également un atelier de dessin sur le sujet des droits des femmes pour les enfants présents.

« Brisez le silence »

Une campagne de 16 jours s'est déroulée à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes et de la Journée internationale des droits de l'Homme.

Viser les décideurs :

Campagne de sensibilisation par SMS
Sous le slogan «Journée de lutte contre la violence faite aux femmes : Agissons pour une constitution garante, une responsabilité de l'État et un engagement citoyen.»
Plus de 1000 SMS ont été envoyés par les bénévoles d'Aswat Nissa à plusieurs personnalités publiques, membres de partis politiques, députés et associations des droits de l'Homme pour dénoncer la violence faite aux femmes.

Viser les étudiants :

Atelier de sensibilisation à la violence faite aux femmes au Foyer universitaire Ibn Roched
Cet atelier a été effectué en partenariat avec les jeunes volontaires de Croissant-Rouge tunisien.
Les sujets traités par les animateurs d'Aswat Nissa incluent : la définition de la violence, les types de violence et les conséquences de la violence faite aux femmes.
Les étudiantes ont mentionné que les femmes et les filles sont victimes de formes multiples de violence. La violence se produit au foyer, dans la rue, à l'école, au travail, et cette violence les prive de leur dignité, porte atteinte à leurs droits fondamentaux et les empêche de réaliser leur plein potentiel. C'est l'un des obstacles les plus grands à la cause des femmes, dont le coût social et économique nuit au progrès et à la prospérité de tous.
Atelier de sensibilisation aux violences faite aux femmes au foyer universitaire Monji Slim
À travers le film documentaire «Ahlem» réalisé par l'association libanaise Abaad, les animateurs ont présenté aux participants la définition, la cause et les conséquences des violences faites aux femmes.
Journée porte ouverte à l'Institut supérieur des sciences humaines de Tunis
À l'occasion de la clôture de la campagne «Brisez le silence» et de la Journée internationale des droits de l'Homme, Aswat Nissa et son partenaire, le Croissant-Rouge tunisien — Médina, ont organisé une journée porte ouverte à l'Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis. Il y a eu la distribution de dépliants, l'exposition de photos prises par les bénévoles d'Aswat Nissa présentant des femmes victimes de violence économique dans le nord-est de la Tunisie et l'exposition de photos présentant différents pourcentages de femmes victimes des violences en Tunisie.
Session de sensibilisation pour la lutte contre la violence à l'égard des femmes au lycée Rue du Pacha
Atelier de sensibilisation pour les 15-18 ans dans lequel ont été présentés la définition de la violence, ses formes, les responsables, ses causes et ses conséquences. Les questions de la responsabilité de l'État, de la société ainsi que l'engagement individuel ont été abordées.
Journée porte ouverte à la Faculté des sciences humaines et sociales de l'Université de Tunis
Un débat sur les violences faites à l'égard des femmes dans la rue, au foyer, aux universités et au travail a été lancé avec les étudiants à partir de distribution de dépliants et d'affiches présentant des pourcentages de femmes victimes de violence en Tunisie. La journée avait pour objectif d'inciter les femmes à sortir de leur silence et à passer à l'action.
Ce sont 350 dépliants présentant toutes formes de violences à l'égard des femmes qui ont été distribués dans le but de sensibiliser les étudiants.